Paysages insoumis

Caroline Bissière, directrice du Centre d’art contemporain de l’Abbaye Saint-André à Meymac, m’a demandé de participer à la vente masquée du 4 juillet qui doit renflouer les caisses du centre et qui précède le vernissage de l’exposition Pas nécessaire et pourtant indispensable, exposition anniversaire pour célébrer les 30 ans du Cac.

Je lui ai proposé un tirage issu du travail que je mène depuis deux ans sur le Limousin (et un peu en Poitou-Charentes) sur l’identité rebelle de ces territoires. Le travail que j’avais intitulé dans un premier temps Paysages de résistances, résistance du paysage se nomme désormais Paysages insoumis pour éviter qu’il ne soit trop connoté justement par la période de la Résistance.
Ce nouveau titre m’est venu, il y a peu de temps, lors d’une ultime session de prise de vues, lorsque sur la route entre Peyrelevade et Tarnac  —là où sévit l’ultra-gauche ! Mais là aussi où le dramaturge Armand Gatti et le peintre Paul Rebeyrolle se sont cachés pendant la guerre, à l’abri de l’épaisse forêt de cette partie du plateau de Millevaches—, sur cette belle route donc on peut voir peinte à même la chaussée, en grandes lettres blanches, la déclaration irrédentiste suivante : Plateau insoumis.

Paysages insoumis © Thierry Girard 2007[ Le viaduc de Bussy-Ravache, près d’Eymoutiers en Haute-Vienne. 15 mars 2007. De la série Paysages insoumis © Thierry Girard 2007- 2009.]

Ce travail est désormais quasiment achevé, et rentre maintenant dans sa phase de restitution, à savoir un projet éditorial avec l’Atelier d’édition et un projet d’exposition itinérante  qui devrait commencer par deux ou trois étapes dans le Limousin en 2010 avant d’être présentée ailleurs.

Plus de développements à venir, une galerie photo sur le site web à la rentrée, et un rappel du projet sur le billet suivant : Paysages de résistance, résistance du paysage

Publicités

About this entry