Les collections s’exposent

Est-ce par souci d’économie ou est-ce par souci de reconnaissance, mais voici venu le temps où les collections s’exposent de plus en plus. Pour nombre d’institutions publiques ou associatives, il s’agit de permettre au public de mesurer  la continuité d’un travail de fond et l’engagement de ceux qui le portent (et peut-être aussi, vis-à-vis des autorités de tutelle, c’est à dire des bailleurs de fonds, de leur prouver, dans une période délicate, que tout l’argent dépensé au fil des ans ne l’a pas été totalement en vain… Et qu’il faut persévérer !).

Il y a certes les habituelles et obligées “acquisitions de l’année“ de ceci ou de cela, mais il y a aussi de plus en plus d’expositions bilans destinées à montrer des collections dont la vocation n’est pas forcément de circuler ni d’être disponible au regard permanent, faute de lieux ad hoc. Et certaines de ces collections commencent réellement à compter, et par la durée, et par le nombre d’œuvres.

Ainsi, je rappellerai pour mémoire l’exposition Le Temps du regard qui, il y a un an exactement (du 30 septembre 2008 au 25 janvier 2009), a essaimé 850 photographies issues de la collection du Centre régional de la photographie Nord-Pas-de-Calais sur 39 communes du pays de Hainaut. Je ne sais combien de mes photos ont été exposées, ni où exactement, mais j’ai deux séries « complètes » dans cette collection : la première, Mémoire du Siècle futur (1983), porte sur le bassin minier et le bassin sidérurgique du Nord-Pas-de-Calais —autant dire qu’il ne reste pas grand chose aujourd’hui des paysages que j’avais alors photographiés. La seconde, Frontières (1984-85)*, est mon premier “itinéraire“ constitué comme tel, puisqu’il s’agit d’un lent parcours depuis le Rhin jusqu’à la mer du Nord en longeant la frontière nord-est. Ces deux projets mériteraient sans doute d’être redécouverts et réévalués, au même titre que mes travaux réalisés à la même époque en Grande-Bretagne ou aux États-Unis. C’est d’ailleurs une question qui me taraude l’esprit et sur laquelle je reviendrai sans doute prochainement…

Surprise, cet été, en ouvrant le Monde 2, je m’aperçois que je participe à l’exposition des 30 ans de la collection de la galerie Le Lieu à Lorient ! J’appelle Emmanuel Madec qui me répond : « Ce n’est pas une erreur, vous avez bien une photo dans la collection et nous l’apprécions beaucoup ! C’est effectivement une photographie ancienne, mais vous n’avez pas à en rougir ». Bon, me voilà rassuré ! Ah, si j’avais mieux tenu mes carnets de tirages à une époque…

Montréal © Thierry Girard 1982[ Montréal, mars 1982 © Thierry Girard

J’avais été envoyé par un magazine faire un reportage en couleur sur l’hiver au Québec, et j’avais bien évidemment fait quelques films pour moi au Leica , en noir et blanc. Cette photographie a été publiée dans le numéro 5 de Photogénies, la revue éditée un temps par le Centre national de la photographie et Robert Delpire.]

Dimanche prochain, 4 octobre, ouverture de la saison du Carré Amelot à La Rochelle : Christelle Beaujon et Martine Perdrieau ont choisi d’exposer la collection toute jeune mais déjà cohérente —et constituée de belles pièces— de la galerie photographique : Laurent Millet, Bernard Descamps, Tina Mérandon, Tom Drahos, Daniel Challe, Pascal Mirande etc… et moi-même, pour une photographie issue de Voyage au pays du Réel. Le principe désormais est d’acquérir une œuvre pour toute nouvelle exposition. Si cette politique avait été décidée plus tôt, c’est une collection d’une autre ampleur qui aurait pu être constituée. Mais le pas est désormais pris et c’est bien ainsi. Il est important que les photographes aient des œuvres achetées ainsi, même si le plus souvent l’acquisition se substitue aux droits de monstration (cela permet d’être au moins payé de son travail, ce qui n’est pas toujours le cas lorsqu’on expose ! ).

Xi'An © Thierry Girard 2006[ La tour de la Cloche au centre de la ville, Xi’An, Shaanxi, 2006 © Thierry Girard, Voyage au pays du Réel.

Tirage impression numérique format 53 x 65 numéroté 2/10 ]

Et en novembre, aura lieu au musée des Beaux-Arts de Toulon une exposition sur le thème de la mer à partir des collections du musée (photographie, peinture, vidéo). Deux photographies de ma série Pour Ulysse** (1988-89) seront présentées. J’y reviendrai prochainement lorsque j’aurai plus d’éléments à ma disposition.

* Frontières a été, entre autres, exposé au Palais de Tokyo (Centre national de la photographie) en 1987.

** Pour Ulysse a été, entre autres, exposé aux Rencontres d’Arles en 1989.

PS : au centre Intermondes de La Rochelle, deux soirées les 8 et 9 octobre autour de l’Exposition universelle Shanghai 2010 : j’y expose un triptyque sur mon travail en cours sur Shanghai que j’intitule désormais À l’entour des êtres. Alain Vauthier, commissaire général du Pavillon français exposera son projet, tandis que mon camarade Claude Hudelot présentera l’opus de la rentrée, son formidable “Gros Livre Rouge“, 450 pages et 800 illustrations consacrées non seulement à toute la diversité et la richesse de l’iconographie maoïste, mais aussi une analyse très fouillée des origines et du développement d’un culte de la personnalité avec lequel ni Staline, ni Hitler, ni aucun autre dictateur du siècle ne peuvent rivaliser tant par son ampleur (worldwide), que sa singularité … Et sa pérennité ! (Le Mao, textes de Claude Hudelot, photographies de Guy Gallice aux Éditions du Rouergue).

Shanghai © Thierry Girard 2008Shanghai © Thierry Girard 2008

Publicités

About this entry