De l’insoumission, de la défaite et de la victoire.

••••••
Il arrive que des travaux “anciens“ retrouvent une vraie actualité, de manière imprévue. Il en est ainsi de mes “Paysages insoumis“, projet réalisé entre 2007 et 2009, avec un livre publié chez Loco en 2012. Cela commence début juillet par la parution de plusieurs photographies issue de ce projet, illustrant une belle et longue interview d’Alain Corbin dans une revue que j’affectionne pour la qualité de ses articles liés pour l’essentiel à la culture, au patrimoine et à la recherche universitaire et à laquelle je collabore régulièrement.

Actu113 pp12-13
Actu113 pp16-17
                            Quatre des six pages publiées dans l’Actualité Poitou-Charentes n°113.


Cela se poursuit début août avec la mise en ligne d’un beau texte critique consacré à ce travail sur l’excellent blog Phothistory, tenu par Yannick Le Marec avec lequel j’entretiens depuis plusieurs mois de longs échanges épistolaires. On peut lire ici cet article sur Paysages insoumis.

De son côté, le site Géoculture en Limousin fait peau neuve. Ce site qui présente la Région Limousin par le biais d’artistes et d’écrivains y ayant vécu ou s’en étant inspirés héberge une quinzaine de mes photographies faites en Limousin. Plus belle interface, meilleure lisibilité des images, fiches documentaires enrichies, tout concourt à l’invitation au voyage.

Enfin, j’apprends au cours de l’été que l’Alliance française de Hong Kong en partenariat avec le Hong Kong photo festival va présenter six photographes français au festival de Pingyao en Chine qui aura lieu du 14 au 19 septembre 2016. Ann Mak, responsable du Hong Kong photo festival, est l’une des commissaires du festival de Pingyao cette année et elle a choisi de présenter une image de la photographie en France à travers les œuvres de Pascale Peyret, Aurore Valade, Beatrix von Conta, Géraldine Lay, Michel Semeniako et moi-même (opération en lien avec Diaphane). Cela me ramène à quelques dix ans en arrière puisque j’avais déjà exposé à Pingyao en 2007 : mon galeriste de l’époque, Jean Loh, avait présenté Voyage au pays du Réel que je venais d’exposer au Meishuguan, le musée des Beaux-Arts de Shanghai.

Je me suis interrogé sur le choix de Paysages insoumis par Ann Mak, me demandant si elle n’avait pas privilégié le côté pittoresque —et très exotique pour des Chinois— de la France profonde que j’avais alors photographiée. J’ai insisté pour que les légendes développées qui évoquent l’arrière-plan historique de ces paysages ordinaires soient présentes et traduites en chinois. Il s’agit de bourgs, de hameaux, de forêts, de croisements de chemins, où régulièrement, au fil des siècles, des hommes simples se sont insurgés contre un ennemi plus fort ou contre l’autorité, quelle qu’elle soit. C’est évidemment toujours d’actualité, partout dans le monde, y compris en Chine. Et de fait, il me plaît particulièrement que, parmi tous mes travaux sur la France, ce soit celui-ci, dédié à l’esprit de révolte, qui ait été choisi.

 

L003-1A©Thierry Girard         L’une des photographies exposées à Pingyao :  « Maudite soit la guerre », monument aux Morts de Gentioux-Pigerolles Creuse) © Thierry Girard 2007

Mais, Paysages insoumis est également en arrière-plan de Salle des fêtes, le nouveau projet que je vais présenter fin septembre au musée de l’Ardenne à Charleville-Mézières, suite à une résidence d’artiste réalisée dans les Ardennes à l’invitation du musée de la Chasse et de la Nature à Paris. Le livre éponyme, édité comme le précédent chez Loco —et dont nous avons pu montrer (et vendre) quelques premiers exemplaires à Arles en juillet— sera disponible en librairie début septembre.
De fait, Salle des fêtes est dans la continuité thématique de Paysages insoumis. Certes, il ne s’agit plus, là, de rébellion ni de résistance, mais d’un théâtre de guerre, et plus précisément d’un champ de bataille qui vire à la défaite, celle de 1870 aux portes de Sedan. Contrairement à PI, je ne vais pas rechercher des lieux précis où il a pu se passer tel ou tel événement, mais je prends le territoire tout entier comme un territoire de la défaite, en insistant toutefois sur un large périmètre autour du domaine de Belval, où s’est jouée la bataille perdue de Beaumont qui précède la débâcle annoncée. Mais, bien au-delà de ces questions historiques, et même si ces différents projets contribuent à ma réflexion sur ce que j’appelle l’épaisseur du paysage, il est probable que l’enjeu véritable de ce travail soit le regard que l’on porte sur ces campagnes défaites par des décennies d’abandon. Campagnes meurtries par les deux grandes guerres, puis par l’exode rural, puis par la désindustrialisation… Je reviendrai de manière plus longue et plus précise sur ces différentes questions dans un billet que je vais dédier à ce travail et que je pense pouvoir mettre en ligne prochainement (une sélection large de ce travail est désormais visible sur mon site web qui est en cours de mise à jour).

BV027-2A-XL2©Thierry Girard              Beaumont-en-Argonne, Ardennes © Thierry Girard 2015

BV028-2A-XL2 ©Thierry Girard             Forêt domaniale de Belval, Beaumont-en-Argonne, Ardennes © Thierry Girard 2015

Cette réflexion traverse également le troisième volet de ce que je considère en fait comme une trilogie. Ce troisième volet, intitulé Une Campagne victorieuse, reprend le parcours de la Deuxième DB à travers l’Est de la France pendant l’automne et l’hiver 1944-45, jusqu’à la libération de Strasbourg et au-delà. Je m’intéresse dans ce nouveau projet à des lieux de combat et de faits d’armes ou des lieux possédant une forte valeur emblématique, mais nous sommes loin d’un récit hagiographique sur l’épopée de Leclerc et de ses hommes.

De fait, le titre est pour le moins ambigu : si la campagne militaire fut victorieuse, la campagne que je traverse ne l’est guère, et, à l’exception de Strasbourg et de la plaine d’Alsace, je me retrouve à nouveau confronté (en Haute-Marne et en Lorraine) à des paysages largement vidés de ce qu’ils furent jadis ­—ni gloire, ni vraie richesse, simplement la vie battante—, et dont on peut se demander tout au long du chemin quel peut-être leur avenir.

Une première présentation aura lieu en octobre (vernissage le 20) au mémorial Charles de Gaulle à Colombey-les-deux-Êglises. Je compléterai sans doute ce travail cet hiver —en espérant la neige que je n’ai pas eue l’hiver dernier—, afin de mener à bien un projet d’édition qui devrait voir le jour à l’automne 2017 en même temps qu’une présentation à Strasbourg.

DB001-2B©Thierry Girard             Signéville, Haute-Marne © Thierry Girard 2015

DB023-2A©Thierry Girard              Châtel-sur-Moselle, Vosges © Thierry Girard 2015

••••••
Dans ma précédente newsletter, j’évoquais différentes parutions qui devaient se faire durant l’été. J’ai déjà présenté Salle des fêtes.
J’ai découvert à Arles le numéro 11 du magazine ELSE, édité par le musée de l’Elysée à Lausanne, qui consacre un beau portfolio de huit pages à mon travail sur le Tohoku —parmi d’autres très beaux portfolios, l’ensemble du magazine est particulièrement intéressant.
J’ai reçu récemment le magazine croate Zivot qui présente les actes d’un colloque qui s’était tenu à Zagreb en juin 2015 et qui m’accorde une belle part avec un portfolio de 18 pages de textes et de photographies. On y retrouve l’esprit de la communication que j’avais faite, mais le texte est en fait la traduction en croate du texte de blog que j’avais écrit au début de cette année (Retour sur le Danube).
Enfin, vient de paraître, chez Café Royal Books, le premier zine consacré à mon travail sur Londres et l’Angleterre entre 1976 et 1983. Celui-ci concerne mon tout premier travail photographique, réalisé dans l’East End en 1976. Le prochain numéro sortira courant octobre. On peut d’ors et déjà commander le premier en ligne sur le lien suivant : http://www.caferoyalbooks.com/#/east-end-76-poplar-hackney-thierry-girard-250816-6/
On peut découvrir également le travail complet sur ce billet de mon blog : East End London ’76.

CRB Couv East End                                                             East End 76, chez CRB, London.
(édité à 200 exemplaires)

_MG_9651 copie                                                               Salle des fêtes, éditions Loco.

Else doublepage2Else doublepage3

                                   Deux double-pages du portfolio sur le Japon dans ELSE#11.

_MG_9649 copie                                     Retour sur le Danube dans Život umjetnosti n° 98/2016.


Calendrier des expositions :

Festival de Pingyao, Chine : 14-19 septembre 2016
Salle des fêtes, musée de l’Ardenne, Charleville-Mézières : 29 septembre-4 décembre 2016
Une Campagne victorieuse, mémorial Charles de Gaulle, Colombey-les-deux-Eglises : 20 octobre-29 décembre 2016

© Thierry Girard 2016 pour les textes et les photographies

Advertisements

About this entry