Le Monde d’après… et après ?

Bilan provisoire mais positif, avec une belle réception critique du livre paru mi-mai aux éditions Light Motiv. Quelques exemples sur les blogs :

Lucie Cauwe / Un retour aux origines qui donne de l’élan (2019)

Yannick Le Marec / Le Monde d’après (2019)

Fabien Ribéry / Le Nord, quarante ans après (2019)

plus une incise modeste mais chaleureuse de Marc Lenot sur le blog Lunettes rouges,

un grand portfolio dans l’Oeil de la photographie : https://loeildelaphotographie.com/fr/theirry-girard-le-monde-dapres/

et un autre dans Lense (Costanza Spina) : http://www.lm-magazine.com/blog/2019/09/01/thierry-girard/

Dans la presse :

Huit pages dans d’a (d’architectures / Jean-Paul Robert) : https://www.darchitectures.com/thierry-girard-le-monde-apres-a4603.html

Six pages dans LM Magazine (François Lecocq) : http://www.lm-magazine.com/blog/2019/09/01/thierry-girard/

Un bel article de Benoît Gaborit dans la rubrique livre de Chasseur d’images, et un autre dans Science & Vie photo. Une belle critique aussi dans l’Echo du Pas-de-Calais à la page de l’agence régionale du livre et de la lecture. On peut y lire : « Au fil des pages, on est peu à peu subjugué par l’acuité de son regard, toujours respectueux, par son talent à révéler l’âme de ces paysages, parfois si ingrats. C’est peut-être l’un des plus beaux hommages qu’on ait rendu au Bassin minier ».

Et ce n’est sans doute pas terminé (sans compter les retours amicaux…).

Quand à l’exposition, elle continue jusqu’au 9 décembre à la Cité des Electriciens à Bruay-la-Buissière, avant, je l’espère, de partir vers d’autres horizons…

Début de l’exposition “Le Monde d’après“ à la maison de l’ingénieur, cité des Electriciens, Bruay-la-Buissière.

Après et déjà en cours, c’est un travail sur la ville de Belfort et ses alentours dans le cadre d’une commande des musées de Belfort. J’ai entrepris une série d’itinéraires partant de différents points extérieurs à la ville et ralliant la citadelle. Deux séries sont déjà dans la boîte, deux autres à venir cet automne et vraisemblablement deux autres au cours de l’hiver. Formellement, le travail est dans la continuité du Monde d’après, avec en plus ce zeste d’épaisseur historique (Belfort, ville militaire….) que l’on retrouve dans mes travaux précédents dans l’Est de la France (Salle des fêtes etc…).

On y trouve une forêt mystérieuse, une rivière savoureuse (c’est le nom de celle qui traverse Belfort), des forts militaires abandonnés (enfin, pas pour tous !), des paysages vernaculaires de toutes sortes (villages périphériques, faubourgs, centre ville), des personnages (des ados, des étudiants, des travailleurs, le plus souvent d’origine immigrée, bosniaque, marocaine, algérienne, turque, pakistanaise…), des événements qui viennent rompre la monotonie des jours (les Eurockéennes, le festival international de musique universitaire, le festival de l’Histoire vivante, le Tour de France…). Sans oublier l’intégration possible dans ce projet de la dimension sociale et industrielle du territoirer avec GE et Alstom… réflexion en cours. Mais peut-être faudra t-il abandonner certains items ou les dissocier des parcours… D’où ma prudence avant de montrer quoi que ce soit.

Il est de toute façon trop tôt pour divulgâcher ce travail : il faut du temps pour organiser chaque série, rendre chaque itinéraire cohérent sur un plan esthétique, pertinent et juste par rapport à la réalité du territoire, tout en respectant la continuité géographique. Quelques premières images vraisemblablement début 2020…

Pour ce qui concerne la représentation des paysages dans leur diversité, il existe un lien certain avec Les Quatre saisons du territoire, cette remarquable commande passée à dix photographes à la fin des années 80, qui concernait, là, l’ensemble des communes du Territoire de Belfort et qui s’inscrivait dans la continuité de la mission Datar. Marc Verdure, conservateur des musées de Belfort, est en train d’exhumer cet ambitieux projet pour en faire une nouvelle présentation au printemps prochain. La restitution de mon projet se fera, elle, au printemps 2021, comme le contre-champ contemporain du projet précédent, restreint cependant à Belfort et ses communes limitrophes.

Adolescents au bord de la Savoureuse, Chaux, 5 juillet 2019 © Thierry Girard

Encore et toujours, à propos de l’Est, quelques nouveaux points de vue dans mon Observatoire photographique du paysage, suite à la mission de mars dernier. Le Parc naturel des Vosges du Nord s’associe au CAUE du Bas-Rhin pour proposer une présentation de l’observatoire de fin novembre 2019 à fin janvier 2020 (vernissage le 26 novembre) en remontant notamment le “mur“ de l’exposition Paysages français à la Bnf. Plus quelques beaux tirages de la collection du Parc et des fiches/tirages de travail.

Point de vue 223 • Mouterhouse, Moselle, 2 mars 2019 © Thierry Girard

Point de vue 224 • Le Jaegerthal, Windstein, Bas-Rhin, 3 mars 2019 © Thierry Girard

Point de vue 225 • Rothbach, Bas-Rhin, 3 mars 2019 © Thierry Girard

Et enfin, deux expositions que je n’avais pas notées dans ma newsletter précédente : 

Dix photographies extraites de Mémoire Blanche, le travail que j’avais fait au début des années 90 sur les traces de Rimbaud dans les Ardennes, sont actuellement exposées au musée Rimbaud à Charleville-Mézières (fin mai – 13 octobre 2019). 

Et je participe à la grande manifestation du réseau Diagonal sur l’Engagement dans le cadre de l’exposition Exercice de styles au Carré Amelot à La Rochelle (en collaboration avec le Cnap). La photographie exposée à La Rochelle (Xi’An) est issue de la série Voyage au pays du Réel qui a retrouvé un peu de vie récemment grâce aux expositions présentées à Brest et à Landivisiau dans le cadre du centenaire de la mort de Victor Segalen et qui viennent de se terminer (cf. mon billet précédent); mais je ne résiste pas au plaisir de rappeler la belle et riche interview faite par Fabien Ribéry sur mon rapport à Victor Segalen, publiée début septembre sur son blog L’Intervalle : 

https://lintervalle.blog/2019/09/08/jaimais-len-allee-haletante-et-me-sentir-tres-erratique-victor-segalen-par-thierry-girard-photographe/

Xi’An, 2003 • Voyage au pays du Réel © Thierry Girard

Prochaine newsletter début 2020 avec peut-être en prime quelques cartes postales de Hong Kong et Taiwan où je serai toute une partie du mois de novembre.

© Thierry Girard 2019 pour les textes et les photographies


About this entry